Bienvenue sur notre nouveau site Internet

Actualités juridiques

Actualités - Droit social

Formation professionnelle : 66% des cadres en profitent mais seulement 35% des ouvriers

01/05/2018

Dans l’édition 2018 de son ouvrage « Formations et emploi », publié le 10 avril 2018, l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) traite notamment de l’accès à la formation professionnelle et de la place de la formation selon les parcours professionnels des salariés.

 

59% des salariés ont suivi une formation en 2016 et les cadres se forment près de deux fois plus que les ouvriers (66% contre 35%)

 

Une enquête sur la formation des adultes a été réalisée auprès de 14 000 personnes entre octobre 2016 et mars 2017.

Selon cette enquête, en 2016, 39% des personnes âgées de 18 à 64 ans, ayant terminé leurs études initiales et quelle que soit leur situation sur le marché du travail (en emploi, au chômage ou inactive) ont suivi une formation professionnelle.

Parmi les personnes en emploi, une sur deux a accédé à une formation à but professionnel contre un chômeur sur cinq. Les formations certifiantes sont plus recherchées par les chômeurs et leurs formations sont plus longues, puisque 35% d’entre elles durent plus de 60 heures, contre 5% chez les personnes en emploi.

Les cadres sont près de deux fois plus nombreux que les ouvriers à suivre une formation professionnelle (66% contre 35%). Qu’ils soient en emploi ou au chômage, les actifs en seconde partie de carrière ainsi que les peu ou pas diplômés se forment moins que les autres.

Par ailleurs, le fait de faire partie d’un établissement de grande taille ou travailler dans le secteur public est également un atout pour accéder à la formation. Ainsi, 62% des salariés du public ont participé à une formation contre 45% de salariés du privé. Les salariés des PME (41 %) se forment plus que ceux des TPE (15 %).

Un chômeur sur deux aurait souhaité se former ou se former davantage

Parmi les actifs qui ont suivi une formation professionnelle dans l’année, 40 % auraient souhaité se former davantage. Parmi ceux qui n’en ont pas bénéficié, 31 % auraient souhaité se former.

Si les entreprises restent les premiers financeurs de la formation professionnelle, tous les salariés n’ont pas les mêmes chances d’accéder à la formation.

Interrogés sur les obstacles à la formation, les personnes en emploi estiment en premier lieu que "la formation n’est pas compatible avec la charge de travail ou l’emploi du temps", quand les chômeurs évoquent le coût (formation trop chère, aides financières insuffisantes, etc.).

Mis en place par la loi du 5 mars 2014, le dispositif de compte personnel de formation (CPF) n’est connu que par quatre actifs sur dix, contre près de sept sur dix pour celui de droit individuel à la formation (DIF) qu’il remplace. Les chômeurs, pourtant éligibles à ces dispositifs, les connaissent moins que les personnes en emploi.

 

Source. vie-publique.fr